Paroisse St Jean Eudes - St-Sauveur-Lendelin Ancteville -La Ronde-Haye -Vaudrimesnil -St-Aubin-du-Perron-St-Michel-de-la-Pierre -Le Mesnilbus -Montcuit -Hauteville-la-Guichard -Montsurvent -Muneville-le-Bingard

Dimanche 26 mai 2024

La Sainte Trinité

La voix du Dieu Vivant.

 

Lecture du livre du Deutéronome (4, 32-34.39-40)  

Moïse disait au peuple : « Interroge donc les temps anciens qui t’ont précédé, depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre : d’un bout du monde à l’autre, est-il arrivé quelque chose d’aussi grand, a-t-on jamais connu rien de pareil ? Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu du feu, et qui soit resté en vie ? Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d’une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats, à main forte et à bras étendu, et par des exploits terrifiants – comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ? Sache donc aujourd’hui, et médite cela en ton cœur : c’est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n’y en a pas d’autre. Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneur que je te donne aujourd’hui, afin d’avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours. »  

   

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (8, 14-17)  

Frères, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père ! C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (28, 16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

 

 

 

Commentaire :

La voix du Dieu Vivant

              

                La fête d’aujourd’hui souligne un point central de notre foi. Le Dieu que nous adorons n’est pas un dieu solitaire, mais un Dieu-famille, un Dieu-communauté. La fête de la Trinité nous invite à recevoir le Père et ses commandements comme un guide, de marcher avec le Fils qui nous accompagne comme un frère et d’être témoins de son amour dans la force que nous donne son Esprit.

Faire des disciples

               Depuis la Galilée, là où Jésus a préféré consacrer une grande partie de son ministère, c’est maintenant les disciples qui sont envoyés : ils doivent annoncer l’Evangile et baptiser « au nom du Père, du Fils et du saint Esprit » (Mt 28,19). C’est depuis cette province, terre méprisée par les orgueilleux habitants de Jérusalem, que le Dieu Vivant est annoncé (Dt 4,33).

       L’envoi se réalise sur une montagne. Dans la Bible, c’est le lieu traditionnel d’une révélation importante. La scène est sobre ; il n’y a aucun élément merveilleux ; simplement « quand ils le virent, ils se prosternèrent » (Mt 28,17). Jésus rappelle son pouvoir, un pouvoir de service, non de domination (v 18).

               La mission consiste à « faire des disciples » (v 19), formule concrète pour dire : « proclamez l’Evangile ». L’expression est propre à Matthieu dont le thème central est le disciple. A cela doit conduire l’annonce de l’Evangile, faire de ceux qui sont évangélisés des disciples de Jésus, et qu’ils soient des personnes qui font de cet enseignement la règle de leur vie.

       L’Evangile ne se transmet pas seulement par des paroles, celles-ci doivent être accompagnées par des actes. Un témoignage vrai intègre ces deux aspects. La parole sans aucun engagement risque d’être un discours creux, et un acte sans la parole n’est pas toujours clair. Là il s’agit de reprendre l’exemple de Jésus qui non seulement parle, mais fait ce qu’il dit. Ainsi son message prend toute sa valeur.

Sous la conduite de l’Esprit

               La tâche des onze est :  « Faites des disciples de toutes les nations » (Mt 28,19). Mais le disciple n’est pas une personne isolée ; la foi se vit en communauté ; et la foi aide à découvrir un Dieu-communauté. Cette communauté en Dieu (Trinité) est expression de sa vie, dans laquelle nous sommes baptisés (v 19). Le texte du Deutéronome rapporte la foi de tout un peuple dans ce Dieu Vivant : à commencer par la création (Dt 4,32), ensuite l’alliance (v 33) et aussi l’exode (v 34).  Dieu est présent dans l’histoire essentiellement par amour ; c’est ce que nous sommes invités à méditer dans notre coeur (v 39).

               La foi dans ce Dieu vivant nous délivre de toute crainte. Être ses disciples, c’est être libres et non esclaves (Rm 8,15). Le fils est maître de la maison et non esclave (v 16). Cet esprit de liberté nous libère de toute forme superstitieuse de vivre notre foi chrétienne.

       Le disciple du Seigneur ne recherche pas des signes extraordinaires ou exceptionnels. Au contraire, il est celui qui doit essayer de traduire en paroles et en actes l’Evangile d’amour et de justice dans l’histoire concrète, c’est à dire dans la vie de tous les jours où se trouvent des gens qui souffrent du manque de pain, de toit, de terre, de justice, de reconnaissance, de dignité, ou d’autres besoins élémentaires.

               Si nous acceptons ainsi être « guidés par l’Esprit » (Rm 8,14), si nous désirons ouvrir notre coeur à Dieu et aux frères, Jésus sera toujours avec nous par son Esprit ; et nous serons humblement les témoins joyeux et fidèles de sa Bonne Nouvelle (Mt 28,20).

 

Michel Anquetil